1er Cha’bân 1301 - 1er Cha’bân 1441 / DES ORIGINES D'UNE CELEBRATION

25 mars 2020 à 13h06 - 507 vues

Et l’Appel eut lieu

Les compagnons de Seydina Limamou Lahi (asws) rapportent que quand il lança son Appel, Allah lui montra la vision d'un jeune homme de petite taille et de teint noir parmi sa descendance passant devant lui accompagné d'un groupe restreint de gens en clamant : « Mane maay Borom wooté bi ». Et le saint maître s'en émerveillait sans pour autant connaître sa véritable identité. Et les compagnons disaient qu'il s'agissait de Seydi Thiaw fils de Seydina Mandione. Ces propos ont été rapportés par Seydi Mouhamadoul Amine (porte-parole) au " Niane " de Baye Seydi Thiaw en 2015.

Quand l'Appel du saint-maître eut cent ans et qu'il fallût le relancer, le renouveler, le rediffuser dans ce nouveau siècle (XVème siècle de l'hégire), cela coïncida avec le magistère du 1er de ses petit-fils à accéder au Khilafat : El Hadji Seydina Issa Lahi. Il prit la courageuse et non moins bien éclairée initiative d'organiser la cérémonie commémorative du centenaire de l'Appel de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi, le 5 juin 1981. En cela, il devenait le 1er à célébrer l'anniversaire de l'Appel. Quand un de ses disciples et ami du nom de Baye Mbaw Diop, habitant Cambérène, sembla le prévenir en ces termes : « et si ta nouvelle cérémonie que tu viens d'initier venait à ravir la vedette ou enterrer la fête traditionnelle de la Korité à laquelle ton grand-père accordait beaucoup d'importance ? », El Hadji Seydina Issa Lahi lui rétorqua : « La célébration de la Korité c'est l'affaire de mon grand-père! Et celle de l'Appel, la mienne ! »

De par son action, la célébration de l'Appel demeure à ce jour la plus grande manifestation religieuse de la Communauté Ahloulahi tant par l'envergure que par le volume de la marée humaine qu'elle mobilise. Et par effet multiplicateur, l'initiative de Baye Seydi Thiaw Lahi Sangoup Jamono a permis au monde de découvrir et mieux connaître le saint-maître Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (asws), sa mission, son œuvre, ses enseignements, ses différents Khalifs et sa communauté les Ahloulahi (Layènes ou Partisans de Dieu).

En 1982, il prit une autre décision de taille en tant que dépositaire du message prophétique du Mahdi, il fut enrôlé par Allah et son Messager pour annoncer à tous les détenteurs de pouvoirs religieux du pays (les différents Khalifs généraux) et temporel (le président de la république et son gouvernement) que le Mahdi Al Muntazar était déjà apparu au Sénégal en la personne de son grand-père Seydina Limamou Lahi (asws).

Il rencontra d'abord le président Abdou Diouf et son gouvernement en plein conseil des ministres, ensuite les khalifs Cheikh Abdoul Ahad Mbacké (Touba), Cheikh Abdoul Aziz Sy Dabbakh (Tivaouane, rencontré à Diaksao), Cheikh Alpha Seck (Thiénaba), Cheikh Sidi Yahya Kounta (Ndiassane), etc.

Chérif Alassane Diop LAHI

Paru dans le N°27 de Waa SOODAAN

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article