Baye Mbaye Sarr LAHI, 1er petit-fils de Seydina Mandione Lahi

29 mai 2017 - 774 vues

Dialogue et paix au cœur de ses actions

Le Samedi 03 juin 2017, la cité sainte du Messie (PSL), Cambérène, abrite des prières en la mémoire de Mame Aïssene Lahi, fille aînée de Seydina Mandione mais aussi en la mémoire de Baye MBaye Sarr, premier arrière-petit-fils du Mahdi (PSL). Ces prières seront ponctuées par un récital de Coran à partir de 17h30 suivi d'une nuit religieuse à partir de 22h au préau sise à la grande mosquée de Cambérène.

Le thème que la Commission scientifique de la communauté layène a choisi pour commémorer, en 2016, le 136ème anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Lahi (PSL) pourrait bien être un hommage à Baye Mbaye Sarr, le premier petit-fils de Seydina Mandione Lahi. Tellement il en a fait son crédo durant sa courte vie.

D’où qu’elles viennent, les témoignages sont unanimes. Son fils, Papa Rane Sarr, Son frère Baye Seydi Sarr, son ami Daouda Laye Dieng insistent tous sur ce qui retient l’attention quand on parle de Baye Mbaye Sarr. Il aurait décroché le prix Nobel de la paix si toutefois les layènes pouvaient le lui décerner.

Et pour cause, dès qu’il y avait un différend entre des personnes, il jouait les bons offices jusque ce que la paix revienne. Et son éternel sourire qui en était le signe révélateur d’un retour à la paix. Il était connu, donc, comme modérateur, fédérateur, un homme de paix. Ce qui fait dire à ceux qui le connaissent que ses talents de négociateurs n’ont jamais été un secret pour la communauté.

Mais qui est-il en fait ?

 Baye Mbaye Sarr de son vrai nom Babacar Sarr est le premier petit-fils de Seydina Mandione Lahi en ce sens qu’il est le fils de Mame Mar Sarr et de Sokhna Aïtassène Thiaw Lahi, la fille ainée de Sahiboul Kiram qui est en même temps la première petite fille de Seydina Limamou Lahi (PSL). Il est né entre le 1er et le 02 avril 1928 à Cambérène. Son père, qui est devenu un ami de Seydina Mandione, fait partie des premiers fidèles de l’Imam al Mahdi à avoir quitté le Walo pour répondre à l’Appel. Ses relations privilégiées avec Sahiboul Kiram lui ont permis d’épouser sa fille ainée.

Ce n’est donc pas du tout un hasard si sa vie est ponctuée de miracles. A commencer par sa naissance marquée par un miracle indiscutable. A trois reprises, l’on a demandé à Seydina Mandione quel nom donner au nouveau-né. Le grand-père n’a rien dit jusqu’au jour J quand lui-même a ouvert la paume de la main du nouveau-né. Il y était inscrit le nom de Babacar. D’où le nom qui lui a été donné : Babacar Sarr plus connu sous le nom de Baye Mbaye Sarr. Cette marque sur la paume de sa main, il la gardera jusqu’à son rappel à Dieu.

 

En tant que premier petit-fils, il était choyé par ses grands-pères que sont Seydina Mandione, Seydina Issa et Seydina Ababacar. Mais le plus frappant, quoi de plus normal, ont été ses rapports avec le 2ème Khalif du Mahdi. Il s’occupait particulièrement de son turban. Autre fait, son grand-père ne mangeait ni ne buvait jamais sans qu’il ne soit présent. S’il arrivait qu’il ait une ordonnance, Baye Mbaye Sarr les lui préparait. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le Khalif l’avait surnommé « mon docteur ». Baye Mbaye Sarr était donc omniprésent auprès de son grand-père. Il lui servait souvent de chauffeur malgré le fait qu’il en avait un. C’est dire, donc, que Baye Mbaye Sarr était au fait de ses plus grands secrets car étant, en quelque sorte, son chargé de mission.

Sur un  autre plan, l’on note que certaines des recommandations du Khalif Seydina Mandione, à la communauté, passaient souvent par Baye Mbaye Sarr. C’est le cas de la prière de la Korité présidée par Seydina Ababacar Lahi. Il en va de même de la prière présidée par Baye Seydi Thiaw. C’est Baye Mbaye Sarr qui est sorti pour dire que son grand-père recommande à Baye Seydi de diriger la prière, à Mame Rane de formuler les prières et à Chérif Abdoulahi de prononcer un discours à l’attention des fidèles. Des photos montrent que Baye Mbaye Sarr a toujours été aux côtés du Khalif du Messager d’Allah (PSL). Cet héritage est perpétué aujourd’hui par Baye Seydi Sarr, son petit-frère.

Tout ceci démontre les relations privilégiées que Seydina Mandione Lahi avait pour son petit-fils Baye Mbaye Sarr. Il en va de même de la maison que sa famille occupe actuellement et qui était l’ancienne résidence du Khalif. Mame Seydi y a passé tout son Califat. Seydina Mandione, son successeur, y a vécu quelques années avant de déménager suite aux dégâts causés par une pluie diluvienne.

Après le rappel à Dieu de Seydina Mandione, Baye Mbaye Sarr a continué de faire le turban au Khalif. Il devient, par la suite, le confident de Baye Seydi Thiaw mais aussi un ami à Mame Rane qui a donné à un de ses fils le nom de Baye Mbaye Sarr. C’était en 1964. En 1987, Baye Seydi Thiaw est rappelé à Dieu. Mame Rane prend le relai. Un an jour pour jour, durant la nuit religieuse dédiée à Baye Seydi Thiaw, le 1er octobre 1988 vers minuit, Baye Mbaye Sarr suite à une maladie décède à l’âge de 60 ans. Mame Rane ne put se retenir. En pleine nuit religieuse, il annonça aux fidèles la triste nouvelle.

Baye Mbaye Sarr aura marqué également son monde en tant qu’employé municipal, puis chef du Service des Bourses de la mairie de Dakar où il a travaillé jusqu’à la retraite. Malgré ses connaissances indéniables de la religion et des dons particuliers que lui a octroyés le Tout-Puissant.

Grand militant socialiste, il fut blessé, un jour, au niveau du cou dans le cadre de ses activités politiques. Les faits eurent lieu à Ouakam. Mais de Cambérène où il était, Seydina Mandione fut informé de cette blessure à l’instant même par on ne sait quel miracle. Les zikr entonnés par son grand-père empêchèrent le sang de Baye Mbaye Sarr de gicler. Ce qui aurait causé une catastrophe.

En allant répondre à l’Appel du Seigneur, Baye Mbaye Sarr a laissé trois épouses : la première Sokhna Aïssène Thiaw Lahi la fille aîné de Chérif Abdoulaye Thiaw Lahi. Cette dernière lui avait été donnée en mariage dès sa naissance. Son autre épouse est Sokhna Ndiémé Ndoye, sœur du chanteur Elhadji Papa Ndoye, et sa troisième épouse fut Sokhna Mantoulaye Ndoye, petite fille de Momar Bineta Samb et mère de Papa Rane Sarr.

 

Sélou Laye BA

NB : Ce texte paru dans le N°09 de de Waa SOODAAN en date du 10 mai 2016.

 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article