Célébration de la Achoura

28 septembre 2017 - 359 vues

Les bienfaits de la Achoura

Oustaz Madiama Faye Lahi est membre des dahiras de Pikine et de Thiaroye. Mais il se fait distinguer plus particulièrement de par ses interventions durant les nuits religieuses plus connues sous le nom de « gouddi adiouma » pour le compte du Dahira de Thiaroye.
Il décortique ici les bienfaits de la Achoura pour Waa SOODAAN.

Alaa Indé Laye BA

Le jour d’Achoura est le 10ème jour du mois de Muharram. Il est plein de bienfaits. Oustaz Madiama Faye Lahi recense 12 actions recommandées par le prophète Mouhamed (PSL) durant sa 1ème mission.
Il y a tout d’abord le jeûne du jour d’Achoura mais aussi la prière. Concernant celle-ci, le Prophète (PSL) a dit : « Quiconque aura vivifié la nuit de Achoura (par l’accomplissement d’actes de dévotion), sera considéré comme ayant servi Allah à l’image des proches serviteurs ».
Les visites aux parents sont également très importantes en ce jour. L’on soutient aussi que les grandes ablutions effectuées le jour d’Achoura éloignent la maladie pendant toute l’année. La charité est une autre recommandation : « Quiconque aura donné à manger à un croyant la nuit d’Achoura sera considéré comme ayant donné à manger à toute la communauté du Prophète (PSL) » ; « Quiconque aura fait l’aumône le Jour de l’Achoura, il sera considéré comme n’ayant jamais renvoyé un nécessiteux ».
L’on cite dans le désordre la coupe des ongles, l'application du collyre qui épargne à l’individu la cécité, la visite à un malade, à un érudit, le fait de caresser la tête d'un orphelin musulman mais aussi la récitation mille fois de la sourate "Al Ihlaas". La douzième (12ème) des recommandations est le fait de préparer à la famille un repas copieux et succulent. En effet, il se dit que : « Quiconque se montrera généreux à l’endroit de sa progéniture, Allah lui rendra la pareille toute l’année ». Ce qui multiplie les chances d’acquisition des biens, par la volonté d'Allah.
Oustaz Madiama Lahi rappelle que Le Messager d’Allâh (PSL) a recommandé de jeûner aussi le jour de Tâçou`â’, le neuvième jour du mois de Muharram. Cette recommandation est tirée de sa sainte parole quand il a dit : « Si je vis jusqu’à l’année prochaine, je jeûnerais le neuvième jour. » [Rapporté par Muslim]. Mais le Messager d’Allâh est toutefois décédé avant cela.
Terminant, l’entrevue avec Waa SOODAAN, Oustaz Madiama Lahi déplore les pratiques aujourd’hui en vogue au Sénégal et qui découlent de déviations. Il cite le tajabone durant lequel les enfants sont laissés à eux-mêmes, les hommes s’habillent en femme et vice versa. Attitude condamnée par la religion. N’empêche, tous s’adonnent à la danse et au battement de tam-tams. Ce qui est contraire à la pratique religieuse. Oustaz Madiama cite les recommandations qu’avait l’habitude de faire le Docteur de la Jeunesse, Chérif Ousseynou Lahi (RTA) notamment à l’endroit des enfants qui méritent protection de la part de leurs parents.


Paru dans le N°06 de Waa SOODAAN du mois d'octobre 2015

Sur le même sujet

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article