Chants religieux à Mbenguène Mbaor

13 février 2017 - 484 vues

Mbenguène Mbaor, un véritable parcours du combattant

Mbenguène Mbaor, situé dans la région de Louga, accueille, chaque année, la communauté Akhlou Lahi. C’est à l’occasion des chants religieux animés par Baye Ndjine Thiaw Lahi ibn Khalifatoul mouslimine. Une fois de plus, les partisans de Dieu braveront la nature pour répondre présent à ce grand rendez-vous religieux.

Ce n’est d’ailleurs pas du tout un secret pour ces soldats de Dieu qui ont l’habitude d’y aller. Ils savent, en effet, que, sur place, c’est un froid de canard qui les accueille. Mais surtout que l’accès à cette localité est loin d’être aisé. Et pour cause ! C’est une piste sablonneuse composée par endroits, de dunes, qui relie Mbenguène Mbaor à la route nationale N°2 et plus particulièrement à Goumba Guéwoul situé après la ville de Kébémer. Cette piste fait environ une vingtaine de kilomètres.

Ngor SARR

Mamadou Sarr plus connu sous le nom de Ngor est un fidèle compagnon de l’actuel Khalif de Seydina Limamou Lahi (PSL). A plusieurs reprises, il a accompagné Baye Abdoulaye Thiaw Lahi à Mbenguène Mbaor. Il considère d’ailleurs cette étape comme un véritable parcours du combattant. A l’époque, se souvient-il, «c’est Modou Diama Mbengue qui accueillait Serigne Ablaye et les dahiras. Et il faisait tout pour qu’ils soient à l’aise. Certains de nos aînés m’ont dit qu’ils marchaient de la nationale à Mbenguène Mbaor car il n’y avait ni véhicule ni âne ou cheval pour y aller. Le seul fait que ce soit une localité bénie mérite qu’on y aille. Mame Seydi y est allé à plusieurs reprises. Et son fils, Serigne Ablaye a suivi son exemple».

Ndjine Ada

Libasse Niang, plus connu sous le nom de Ndjine Ada est le président de la Fédération des Dahiras layènes. Il abonde dans le même sens en insistant sur le fait qu’aujourd’hui les fidèles y vont grâce aux véhicules communément appelés 404 mbars (voir photo). «Le trajet est difficile. Le chemin a été balisé par Baye Ablaye qui y est allé, en compagnie des fidèles à pied. Ils observaient des pauses au niveau de certains villages situés le long du trajet».

Libasse Niang comme Ngor Sarr remarquent toutefois qu’aujourd’hui «les fidèles sont gâtés puisque certains y vont avec des 4x4 et d’autres, la majorité, à bord des 404 mbars».

Ngor Sarr se souvient des derniers chants religieux que Baye Abdoulaye y a animés. Cette année-là, il était en compagnie de la regretté Sokhna Laly bint Seydina Mandione Lahi ibn Imamal Lahi (PSL). «Baye Ablaye nous a demandé au lendemain des chants religieux de le laisser sur place et de ne venir le chercher qu’une semaine après. Un riche enseignement puisqu’il voulait nous montrer qu’il pouvait supporter les difficiles conditions de vie en vigueur dans cette localité. Absence d’électricité, de pain chaud, froid intense, etc... Et nous avons dû respecter sa volonté».

Libasse Niang de poursuivre en soutenant que «le parcours n’est pas facile mais Baye Ablaye a tout fait pour nous en faciliter le pèlerinage. Donc nous devons y aller pour perpétuer son œuvre.»

Ngor Sarr se félicite que Baye Ndjine ait pris aujourd’hui la relève et prie pour que Dieu l’accompagne dans sa noble mission. Rappelant que ce lieu a toujours été important pour l’actuel Khalif de l’Imam al Mahdi, il insiste sur le fait que c’est également un lieu où les prières sont exaucées.

Sélou Laye BA

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article