Hommage au grand-père maternel de Seydina Ababacar Lahi (RTA)

05 février 2018 - 743 vues

Thierno Mbaye Sylla, Confirmateur des deux missions du Messager d’Allah (PSL)

Depuis 2015, la famille de Thierno Mbaye Sylla célèbre celui qui fut pendant 22 ans, imam à la mosquée de Dakar et juge au tribunal musulman. Thierno Mbaye Sylla est celui-là même qui a rejoint Seydina Limamou Lahi (PSL), dès le lancement de l’Appel, confirmant ainsi qu’il est l’Imam al Mahdi (PSL) que l’humanité attendait. Comme du reste, il avait confirmé sa 1ère mission.

Sélou Laye BA

Thierno Mbaye Sylla est né en 1827 à Dakar. Fils de Matar Sylla Khary Diop et de Sokhna Aïssatou Ndoye, il est issu de la lignée des Khonkha Bop de la famille de Djinguilane Samba. Il apprit le Coran auprès de son père pour accroître son savoir. Il alla à Mbao chez son oncle Bougouma Seck dit Bougouma Fatim Guèye où il continua ses études coraniques avec d’autres talibés dont son frère Ablaye Diop dit Ablaye Mbao. Très jeune, alors qu'il n'était âgé que de 7 ans, il eut une vision qui lui révéla plus tard l'identité du Mahdi (PSL).
Suite au rappel à Dieu de son père, Matar Sylla, la collectivité Léboue l’appelle pour lui succéder comme Imam et Cadi (juge au Tribunal musulman). Il leur répondit qu’il devait terminer ses études dans les trois années à venir. Trois imams intérimaires (Ibra Binta Guèye, Ousmane Diène et Alassane Ndoye (père d’Amadou Assane Ndoye) gérèrent la transition.

Durant son séjour à Mbao, son oncle lui donna en mariage sa fille Aminata Seck. Après 3 ans, un appel pressant fait à Mbaye Sylla le fit rentrer à Dakar avec son épouse et ses deux enfants (Matar l’aîné et Mame Toute Sylla). Il hébergeait beaucoup d’étrangers et vivait en parfaite harmonie avec toute la collectivité léboue du Cap vert. Il se dit également qu’il était un grand propriétaire de terres. Par exemple, le terrain qui passe de la Place de l’Indépendance jusqu’à l’avenue Lamine Guèye qui s’appelait Kakalam appartenait à son grand père Alassane Ndoye (Khoye).

C’est donc à l’âge de 34 ans, en 1861, qu’il est nommé Imam de la mosquée de Dakar (actuel Rue Blanchot) et Juge au tribunal musulman. 15 ans plus tard, en 1876, il rencontre Seydina Limamou et se lie d'amitié avec lui.  Sept ans après cette rencontre, Seydina Limamou (PSL), lance l’Appel aux hommes et aux Djinns et deux mois plus tard, un vendredi, jour de Korité, Thierno Mbaye Sylla déclare à ses condisciples : « Dieu m'a fait savoir que le Mahdi que nous attendions est apparu, et quiconque se hâte de répondre à son appel aura des faveurs à l'au-delà ». Ainsi, accompagné des deux Matar Ndoye Junior et Senior, Ousseynou Paye et Baye Abdoulaye Sylla, il se rend à Yoff pour faire son acte d'allégeance à Seydina Limamou (PSL). Bien avant cet épisode, ce dernier avait l'habitude de chantonner, faisant allusion de ce qui sera plus tard cet acte allégeance : « Ababacar qui avait confirmé ma première mission, vient la confirmer de nouveau ». Evidemment, devant l'hostilité de certains notables lébous, il démissionna de ses fonctions de Juge et d'Imam de la Mosquée de Dakar. Tout en leur déclarant : « Je préfère les honneurs de l'au-delà à ceux d'ici-bas », il ajouta : « Chacun de vous a un ami parmi les blancs (les mécréants) et vous me refusez l'honneur d'en avoir surtout un homme de Dieu…Allez donc avec vos amis, je vais rejoindre le mien »

Des similitudes existent entre lui et Ababacar Sedikh qui fut le premier notable à croire en la mission du prophète Mohamed (PSL) et beau-père de ce dernier. Tout comme Ababacar Sylla qui donna la main de sa fille Toute Sylla à Seydina Limamou Lahi (PSL). Il resta fidèle au Saint Maître toute sa vie durant jusqu’à son rappel à Dieu, en 1902. Sa fille Sokhna Aminata Toute Sylla est la mère de Seydina Ababacar Lahi (qui fut imam de la grande Mosquée de Yoff Layène) et de Sokhna Oumy Lahi, la cadette de Seydina Limamou Lahi (PSL). Elle est la grand-mère des imams Chérif Mouhamadou Bachir Lahi (Imam de la grande Mosquée de Yoff), Chérif Mouhamadou Lamine Lahi, Chérif Mame Libasse Lahi (imam des prières de Korité et Tabaski), Chérif Mouhamadou Makhtar Lahi (Imam de la Grande Mosquée de Yoff) et de Chérif Mame Alassane Lahi.

Cette article est paru dans le N°14 du journal Waa SOODAAN (Février 2017).

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article