Le Mausolée du Messager d’Allah (PSL) : Une gestion de père en fils

04 juillet 2017 - 861 vues

Le mausolée de Seydina Limamou Lahi (PSL) est une bâtisse majestueuse dont l’architecture a évolué au fil du temps. Il reçoit du monde au quotidien. Depuis plus d’un siècle, il est géré par la famille Dione dont Diamalaye, notre interlocuteur, en est le digne représentant.

Alaa Indé Laye BA

Du monde, il y en a chaque jour au mausolée de Seydina Limamou Lahi (PSL). Les musulmans, quelles que soient leurs confréries, y font leur ziaara mais aussi y formulent des prières. Mais on entre pas dans ce lieu mythique comme on veut. Le gestionnaire des lieux, Diamalaye Dione est catégorique : « il faut tout d’abord être propre, porter des habits décents de couleur blanche. Ne pas couvrir son visage de maquillage, ne pas porter des bijoux mais aussi ne pas utiliser son téléphone portable. Le calme et la sérénité doivent être de rigueur à l’intérieur du mausolée. Toute personne qui ne respecte pas ces consignes est expulsée manu-militari ».

Diamalaye Dione ne s’occupe pas seulement de la police des lieux mais aussi de l’entretien. « Fréquemment des jeunes se mobilisent, généralement, le dimanche, pour procéder à un grand nettoyage du mausolée. Tout y passe. Même les ventilateurs sont nettoyés. Pour ce faire, certaines bonnes volontés appuient en produits phytosanitaires. Dès fois, il nous arrive de changer les lampes pratiquement tous les trois mois. Nous sommes au bord de la mer et cela a des conséquences sur certains éléments comme les serrures ». Diamalaye Dione est tous les jours au mausolée. Il en détient la clé. Cette fonction de gestionnaire de ce lieu sacré, il l’a hérité de son père Libasse Dione qui, lui-même, la tient de son père Abdoulaye Dione.

Diamalaye en baraque

Retraçant l’historique du mausolée Diamalaye Dione souligne qu’il date de 1909 suite au rappel à Dieu du Mahdi (PSL). A l’époque , il n’était pas en dur comme il est actuellement mais c’était une baraque réalisée sur ordre du Messie Seydina Issa Rouhou Lahi. Pathé Diamalaye a été le premier conservateur du mausolée. « C’est par la suite que mon grand-père Abdoulaye Dione a pris l’édifice en main suite aux recommandations de Seydina Issa Rouhou Lahi (PSL) ».
Abdoulaye Dione est un sérère originaire de Mont-Rolland dans la région de Thiès. Il est venu répondre à l’Appel du Mahdi en s’implantant d’abdord à Bargny chez la famille Wadène. C’est après qu’il est allé habiter à Yeumbeul chez un certain Pathé Diop. « C’est là-bas que l’a trouvé Seydina Issa Rouhou Lahi (PSL). Il avait déjà depuis plusieurs années reçu le wird. Après le rappel à Dieu de Pathé Diop, Seydina Issa Rouhou Lahi appela mon grand-père pour lui confier la garde et la gestion du mausolée du Messager d’Allah (PSL) », révèle Diamalaye Dione. « Abdoulaye Dione s’est attelé à la tâche pendant presque trente ans avant d’appeler mon père Libasse Dione, âgé d’une vingtaine d’années, pour le seconder. A l’époque mon père voulait aller au Gabon. Quand il est allé en parler au Khalif Seydina Mandione, ce dernier lui a demandé de rester, de ne pas quitter le Sénégal afin d’aider son père ». C’est ce qui explique le fait que mon père soit là. Moi aussi, quand j’ai atteint la vingtaine d’années, mon père m’a appelé pour le seconder. Cela a été certifié par une recommandation de Mame Alassane Thiaw Lahi qui était, alors, le Khalif de Seydina Limamou Lahi (PSL).

Le mausolée de Seydina Limamou Lahi a une vie. Ainsi, en 1966, il a accueilli son fils Seydina Ababacar Lahi. Auparavant il y a eu son grand-frère, Malick Lahi, qui a été rappelé à Dieu alors qu’il était très jeune. Ils sont côte à côte, à gauche du tombeau de l’Imam. Sur la droite, Il y a Ablaye Thiaw, Amar, Alassane et Mademba. Juste à leurs côtés Il y a aussi un fils de Mame Rane et un autre de Seydina Ababacar Lahi. Juste à l’entrée, du côté gauche, il y a un fils de Seydina Issa Rouhou Lahi qui s’appelle Mame Libasse.

Article paru dans Waa SOODAAN N°10 du 09 mai 2016

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article