TRIBUNE DU VENDREDI N°22 : Quelques paroles de sagesse de grands hommes de la Communauté

02 avril 2021 à 10h08 - 539 vues

TRIBUNE N°22 : Quelques paroles de sagesse de grands hommes de la Communauté

Pour le 22e numéro de la tribune du vendredi, nous avons voulu partager avec vous chers fidèles lecteurs quelques paroles de sagesse issues des grands hommes qui ont marqué notre vie à tout égard. Nous citons El Hadji Seydina Issa Lahi (3ème Khalif) communément appelé Baye SeydiThiaw Lahi Sangoup Jamono et ses jeunes frères : mon parrain Seydina Mame Alassane Lahi (4ème Khalif) et celui qui m'a baptisé suivant le rite islamique Seydina El Hadji Abdoulaye Thiaw Lahi (actuel Khalif). Peut-être que leur sagesse d'une profondeur stupéfiante et d'une pertinence époustouflante vous inspirera davantage.

Du 3ème Khalif Seydina Issa Lahi, fin observateur de son époque, nous pouvons citer :*

- « Ku la ëmbël ca sanxal ëmbël la ca kersa »

Ce qui signifie qu'on ne pourra jamais dire la vérité tant qu'elle va à l'encontre des intérêts de la personne qui assure notre subsistance. C'est pourquoi, il n'attendait jamais rien de personne car il voulait toujours garder sa liberté de dire la vérité à quiconque quel qu'en soit le prix.

- « Ay jeppit waru noo jeppinté »

Pour dire que des gens que les autres méprisent ne doivent pas se mépriser entre eux. Au contraire ils doivent s’aimer, s'unir et être solidaire mutuellement. Il conseillait alors :

« Na ñu bëgënté, na ñu soppanté, na ñu yërëmënté, na ñu dimbëlënté, na ñu nëbëlënté ay ayib » (aimons-les eux les autres, ayons de la compassion les uns pour les autres, aidons-nous mutuellement et couvrons l'honneur l'un de l'autre).

-« Su Yàlla taalé xambal, su fayé suulal ou encore taal bu Yàlla taal sanni ca mattaa gën di ko jeema fay ».

Autrement dit il ne faut jamais s'opposer à la décision divine lorsqu'Il décide d’élever un de ses sujets en lui octroyant quelque privilège ou avantage. Par contre quand il change la donne il faudra aussi s’y aligner. 

Toujours suivant cette même logique il ajoutait :

- « Ku Yàlla fal maggal leen ko ngir daraja ja mu def ci moom »

Il faut avoir de la considération pour toute personne élue ou élevée au-dessus des siens par Allah en respectant la décision divine qui s’est matérialisée en elle. 

-« Su la nit ñi yekkee maasaaleel suuf ci té waajal fa ñu laay taasé. Waayé su la Yàlla yekkee tibbël suuf té xam né dooto ko gisati ba faaw. »

Les gens ont souvent tendance à se détourner de ceux qu’ils avaient pourtant placés au sommet. Alors il conseille de se préparer au changement d'attitude de ses mêmes gens qui pourtant t'avaient élu. Par contre quand c’est Allah qui place un de Ses sujet sur le piedestal, que ce dernier soit tranquille car il n’y descendra plus jamais.

- « As gor so ko bëggé ilif da nga kay cërël ci li geen bok »

Autrement dit, pour avoir de l'autorité sur les siens au-dessus desquels on a été élevé pour les diriger il faut savoir respecter, protéger leurs intérêts et partager le reste des responsabilités avec eux. 

Seydina Mame Alassane qui a été témoin d’un monde en profonde mutation, où tout ce qui était jadis évité (notamment la recherche effrénée de jouissance, la débauche, la perte de valeurs, etc.) était soudain encouragé par un modernisme coupable, mettait en garde les gens de son époque, plus particulièrement la jeunesse à travers cette déclaration pleine de sagesse :

« Banneexu juroomi minut warul jaral kenn gaccuk giiruk dunda »

Pour dire que la recherche d’un plaisir mondain de quelque nature que ce soit, d’une durée de 5 minutes ne doit pas compter plus qu’une honte à trainer pour le reste de notre vie.

Il avait l’habitude de répéter aussi : 

« Sama tank yi benn bi mugi si aduna waayé béneen bi mugi ma dugal sama biir baameel »

Pour dire que de toute sa vie il a toujours vécu en se mettant constamment dans l’esprit qu’un jour il devra être mis sous terre (mourir). Et pour réussir un tel mode de vie, il considérait toujours que son autre pied avait déjà rejoint sa future tombe et que l’autre l’y rejoindrait incessamment. Il en faisait cette déclaration il incitait les autres à s'inspirer d'une telle pensée. 

Serigne Ablaye aussi fut un grand visionnaire qui n’ignorait pas la situation actuelle. Il disait alors :

« Dëg gu nu saggané di na neew doolé ci kanamu fenn wu nu organisé »

Autrement dit, une vérité négligée paraitra toujours faible face à un mensonge bien organisé. Et cela interpelle tout un chacun sur une prise de conscience collective pour mieux gérer notre intérêt commun face à des agressions de toutes parts et de toutes natures…

Quand les anciennes cassettes vidéo étaient à la mode, et qu’il constatait qu’on pouvait retransmettre des images ou les paroles d’une personne enregistrées auparavant, il déclarait sur un ton taquin mais plein de sens :

« lii dé tubab bi dafa juum bi mu kay tuddé widéwoo waayé lii moy wéddi wo »

En cela il faisait le rapprochement entre la sonorité du mot « vidéo » que les wolofs prononcent « widéwoo » et celle du mot wolof « weddi woo » qui signifie littéralement « tu ne peux pas nier ». Par ces propos hilarants notre cher Khalif Serige Ablaye annonçait que dorénavant plus personne ne pouvait dire le contraire de ce qu'un enregistrement vidéo montrera d'elle. Et donc il prédisait déjà le principe de la « VAR » actuellement très à la mode.

Ces valeureux grands hommes dont nous venons de citer quelques paroles de sagesse sont des produits de la prestigieuse école du saint-maitre Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (asws). Leurs maîtres furent les fils mêmes du saint-maitre (asws) et les cheikhs compagnons. Nous vous invitons tous à nous imprégner de leurs valeurs, de leur sagesse et de leurs enseignements pour mieux vivre en société. 

Qu'Allah les couvre davantage de grâce et de lumière par la bénédiction de notre maître Seydina Limamou Lahi Al Moukhtâr Wa Seydil Anlamîna (asws).

Sur cette image qui vaut mille discours on peut voir ces trois grands hommes qui ont marqué leur époque à tous les niveaux.

Par Chérif Alassane Lahi Diop "Sibt Sâhibou Zamâne"

Secrétaire Général de Vision 129

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article