HOMMAGE A DEUX ILLUSTRES DISPARUS : Mame Abdou Aziz Sy & Baye Seydi Thiaw LAHI

14 septembre 2021 à 15h21 - 779 vues

HOMMAGE A DEUX ILLUSTRES DISPARUS

Ce 14 septembre marque l’anniversaire de la disparition du patriarche de la grande famille tidjane El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh et quelques jours seulement après (le 27 septembre), la Communauté Ahloulahi commémorera l’anniversaire de la disparition du 3e Khalif, « Sâhibou Zamâne » El Hadji Seydina Issa Lahi.

Voici deux grands hommes qui ont marqué l’histoire de ce pays pour avoir réussi à établir un pont solide et riche en trafic entre leurs deux grandes familles religieuses respectives. El hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh ne venait jamais à Dakar sans faire un crochet à Yoff ou Cambérène pour voir son cher ami El Hadji Seydina Issa Lahi communément appelé Baye Seydi Thiaw Lahi « Sangoup Jamono ».

A titre d’exemple, à l’occasion de l’inauguration de la grande mosquée de Yoff, El hadji Abdou fut invité pour présider l’évènement. A son arrivé sur les lieux il demanda « Où est Seydina [c’est par ce prénom qu’il appelait Baye Seydi Thiaw] ». Comprenant que ce dernier n’était pas informé de l’événement, Mame Abdou déclara : « si j’avais su que Seydina n’était pas au courant je n’aurais pas mis les pieds ici ». À la fin de la cérémonie il est directement allé chez Baye Seydi Thiaw Lahi dans sa résidence de Yoff. On l’informa qu’il était à Cambérène pour les besoins de la pose de la première pierre de la mosquée du village. Mame Abdou s’était alors dirigé au mausolée du saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws) pour faire sa ziarra. Arrivé sur les lieux, il se sépara de son grand boubou qu’il accrocha au porte-manteau – un « daggitu raay » – expressément installé à l’entrée du site de Jamalahi en déclarant : « si seulement ce « daggitu raay » pouvait parler, il vous dirait combien de fois j’y ai accroché mon boubou pour faire ma ziarra auprès de mon père Seydina Limamou Lahi (asws) ».

Autre exemple, lors des célèbres visites de courtoisie (« tournées yi ») qu’effectua Baye Seydi Thiaw Lahi auprès de tous les Khalifs de son époque en 1982, il avait appelé Mame Abdou pour l’informer de la date qu’il avait choisie pour aller à Tivaouane. Mais El Hadj Abdou dans son humilité caractéristique des hommes de Dieu lui répondit : « Laisse-moi plutôt venir te rendre visite là où tu te trouves ». Baye Seydi Thiaw déclina en lui disant : « Tu es mon père et donc c’est plutôt à moi de venir te trouver ». Pourtant la différence d’âge entre eux n’était pas si grande. Mais Baye Seydi Thiaw dans sa sagesse et son humilité s’était dit que Cheikh Sidy El Hadji Sy (rta) est un contemporain de son grand-père Seydina Limamou Lahi (asws) et donc tout fils de Mame Maodo ne pouvait être qu’un « père » pour lui et ses frères (Seydina Mame Alassane, Serigne Ablaye). C’est pourquoi, lui et ses frères l’appelaient tous affectueusement « Papa Abdou ». Finalement Baye Seydi Thiaw finit par accepter bon gré mal gré après les nombreuses insistances de Mame Dabakh. Allah (Ânlimul ghaybi wa chahâda) qui sait si bien faire les choses décréta que leur rencontre eût finalement comme cadre le lieu de retraite spirituelle de Mame Abdou à Diacksao. Et la rencontre fut tellement fructueuse en anecdotes toutes croustillantes entre ces deux grands esprits !

La relation entre Baye Seydi Thiaw, Serigne Abdou et Cheikh Abdoul Ahad (khalif des Mouride à l’époque) était tellement bien huilées qu’ils se concertaient sur tous les sujets concernant les intérêts de l’Islam. Par exemple, quand l’un d’eux était informé de l’apparition de la lune annonçant le démarrage ou la clôture du mois de ramadan, il informait aussitôt tous les autres pour éviter ce qui se passe de nos jours. A l’occasion de la fête de tabaski chacun d’eux couvrait les autres de présents (troupeaux de moutons, boubous, nattes de prière, parfum, etc.).

Quand Baye Seydi Thiaw quitta ce bas-monde le 13 octobre 1987 (19 safar 1408), El Hadj Abdou fut le premier à se déplacer à Yoff aussitôt après l’enterrement. L’on se rappelle aussi que quand Mame Abdou quitta à son tour ce monde le 14 septembre 1997, Seydina Mame Alassane, quatrième Khalif des Ahloulahi n’avait pas hésité à aller à Tivaouane lui-même pour présenter ses condoléances à son oncle, le nouveau Khalif Serigne Mansour Sy (rta).

Sur cette photo prise dans le salon du khalif à Yoff, on peut voir Baye Seydi Thiaw et El Hadji Abdou arborer un sourire tous les deux à la suite d’une réponse que le premier donna au deuxième sur un sujet qui, s’il nous était permis de le partager avec vous, vous permettrait de mieux appréhender le degré d’union, de cohésion et de complicité entre ces deux Aqtab (pôles).

Lors de ma visite à Tivaouane auprès de Serigne Mbaye Sy Abdou ibn Mame Abdou Aziz, il nous a fait l’honneur, ma délégation et moi, de visiter la chambre de Mame Abdou où il rendit l’âme.

Qu’Allah les couvre de Sa grâce et les rehausse en grade auprès des çâlihîna et des çiddiqîna.

Par Chérif Alassane Lahi Diop "Sibt Sâhibou Zamâne",

Analyste politique et économique,

Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales,

Secrétaire Général de Vision 129.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article